Heidi, la revue de presse !

Voilà donc plus trois semaines que mon livre Heidi au Printemps est sorti ! Alors, comment ça se passe jusqu’ici ?

J’ai très rapidement eu des messages de lecteurs, des photos sur instagram, des discussions sur twitter… J’ai déjà posté un message un peu cheesy sur FB, mais je le redis ici : merci beaucoup beaucoup !instagram2.jpg

presse1.jpgIl faut savoir que pour chaque sortie de livre, beaucoup d’exemplaires sont envoyés aux journalistes pour qu’ils les chroniquent, s’ils le souhaitent.
J’étais donc un peu inquiète de ne pas avoir beaucoup d’articles sur mon livre…

Mais bon, en fait, tout le monde profitait juste de son mois de mai pour chiller, et moi je paniquais pour rien, pour changer.

******

Du coup, ces derniers jours, j’ai eu plein de retours, en voici quelques extraits :

Une lecture très attentive chez Libération« Plus qu’une BD strictement érotique, cette adaptation est un conte initiatique sur la découverte du corps et la difficile émancipation féminine. » »Ces scènes ambiguës et le traitement plein champ de la sexualité naissante de Heidi permet de briser l’atmosphère de conte de fées du roman originel, sans renier l’espoir. »

Chez Sceneario, ils sont tellement enthousiastes que j’ai eu du mal à sélectionner des extraits :  « Marie Spénale aborde, avec ce très subtil album, la délicate question du passage à l’âge adulte. » » Le scénario est particulièrement fin et touchant. » « On se laisse ainsi emporter dans ce très bel album […] qui reste juste et sincère jusqu’au bout » »Une vraie perle »

Actualitté et la RTBF mettent, à raison, Heidi au printemps dans leur sélection de l’été : « Un joli conte sur l’éveil du désir »

Angles de Vue « Un récit tout en nuances où s’alternent la joie et la mélancolie, la passion et l’ennui, le désir et l’angoisse » « Pour sa première bande dessinée, Marie Spénale réussit admirablement son coup d’essai et nous livre un album totalement maitrisé »

Signe de ma bonne intégration en Belgique, Heidi a été chroniqué sur la RTBF !  (à 31mn20) « Marie Spénale raconte avec]une tonalité qui lui est propre une histoire désarçonnante mais intéressante » « joli compte initiatique » « elle parvient très très habilement à mettre en scène les fantasmes »

Sur JetFM, un chouette passage gloussant sur mon livre à 59mn20 « glissement doux et poétique vers une sensualité » »une lecture psychanalytique et explicite de Heidi »

presse2Sur France Culture, dans l’émission La Dispute (partie petit salon), Antoine Guillot dit qu’il a trouvé mon livre « très charmant » et « tout a fait joli et tout à fait délicat » (ça me touche particulièrement, car c’est pas toujours les plus tendres, à La Dispute). 

Mat Van Overstraeten « Marie Spénale […] révèle un joli potentiel avec ce conte initiatique. » »La manière dont Marie Spénale met en scène les fantasmes et les angoisses qui agitent les pensées de Heidi est très réussie. »

Comixtrip, « Le désir mais aussi les doutes et les peurs sont magnifiquement mis en image dans Heidi au printemps. Le trait épuré de Marie Spénale convient admirablement pour restituer le propos chaleureux de son récit » « un bel album sur le passage à l’âge adulte, sur les premiers émois amoureux, sur la découverte de son corps et celui de l’autre; avec délicatesse et justesse. »

Dbd « C’est à la découverte de ces désirs et appétits que la jeune Heidi nous invite avec finesse et élégance et quelques scènes de érotisme explicite mais de bon aloi »

Génération BD « Ce passage délicat vers l’âge adulte nous est magnifiquement conté de manière certes explicite mais si finement observé. Marie Spénale a su véritablement capter tous les bouleversements et les émotions ressentis par Heidi. Et elle les restitue avec beaucoup d’humour et de poésie »

BD Gest « Reprenant une histoire connue, Marie Spénale en livre une suite en variations toutes personnelles et sait évoquer avec douceur, voire un brin d’humour et d’idéalisme, une période de la vie souvent troublée par de nombreuses incertitudes et contradictions. »

Culture BD « Fiez-vous donc à sa splendide couverture, et n’hésitez pas à redécouvrir la plus si petite Heidi, dans cet album réussi »

Le meilleur de la BD  » C’est la première bande dessinée de Marie Spénale mais vraisemblablement pas la dernière, tant l’album dans sa globalité est une petite merveille qui prend le temps de raconter une vraie histoire qui n’est pas le prétexte à une enfilade de scènes érotiques. » »Une petite douceur ! »

Madmoizelle  « Derrière un trait naïf, presque enfantin, se dessine une histoire très maligne et universelle. Marie Spénale raconte avec fraîcheur et impertinence le moment clé où l’on quitte l’enfance«  »Heidi au printemps est une histoire attachante et profondément humaine« 

L’Obs « Cette douce BD décrit le passage à l’âge adulte avec justesse et fraîcheur. Car c’est à travers la découverte de son propre corps qu’Heidi finit par s’émanciper »

Le soir « Marie Spénale dessine [un] éveil à la jouissance tout en humour et délicatesse. C’est totalement explicite sans être jamais vulgaire » »L’auteure interpelle à la fois le sexe et la morale avec pertinence »

Le Vif « Marie Spénale décrit avec beaucoup de finesse l’émotion qui gagne les jeunes adolescents avides de découvertes » »Saluons donc cette initiative courageuse -et réussie »

Yozone « “Heidi au Printemps” est son premier roman graphique, maîtrisé en totalité, il devrait la lancer pour une longue carrière. » » L’histoire est délicieuse, légère sans tomber dans la vulgarité. “Heidi au Printemps” est une vraie perle qui détend dans ce monde de brutes… « 

****

J’ai également vu passer ou reçu des messages de vrais auteurs, de vrais scénaristes, et ça m’a infiniment touchée.

 

presse3

(Bon si vous êtes ici, vous êtes des vrais de vrais, et je peux tout vous dire, j’ai aussi eu une unique critique (très) négative, sur un assez gros webzine de BD. Je suis pas toujours la plus ouverte à la critique, mais là, en plus, le type est passé complémentent à côté de ce que je voulais faire. Il a l’air de penser que mon intention était de dessiner une version « subversive » d’Heidi (alors que c’est « un conte initiatique tout en nuance », coco). Du coup, sa chronique est à côté de la plaque et ne me peine pas vraiment. Ajoutons à ça que ce mec refuse de me qualifier d’autrice, préférant le mot « blogueuse », et traite Clara de « midinette » (*kof kof*, misogynie *kof kof*).
C’est dommage, parce que c’est quand même un site un peu lu, mais c’est vraiment pas très grave. (c’est un peu pour compenser que je fais cette revue de presse))

****
presse4
Ce qui m’a fait particulièrement plaisir, c’est la récurrence de cette question  fort pertinente : à partir de quel âge peut-on lire Heidi ? Comme je vous l’avais dit, j’ai quand même beaucoup pensé Heidi pour les grands ados, et je pense que dès 15 ans, c’est top !

Y’a plein d’autres petites choses qui m’amusent dans la critiques que je vois. Par exemple, beaucoup de journaliste ne sont pas de ma génération et ont grandi avec le dessin animé Heidi ! Ils en ont donc une vision beaucoup plus précise et affective que ce à quoi je m’attendais, et représenter Heidi toute nue leur semble du coup plus osé… Mais bon, l’étude des chroniques de mon livre, ça n’intéresse à raison pas grand monde, alors je m’arrête là !

En résumé, je suis trop contente, j’ai plein de gens qui aiment Heidi, et c’est top, vous êtes top !

presse5.jpg

Comment on fait les Heidi ?

titre

Heidi au Printemps vient de sortir !

C’est ma toute première bande dessinée, alors j’ai le droit d’en parler encore quelque jours… Et je me suis dit que ça serait chouette de raconter la création d’une BD, en revenant sur la création de Heidi !note_1

Et le 25 avril, Bam, je poste les tout premiers dessins de Heidi sur instagram :

note_2

 

À cette période, je bloque un peu sur un projet que je ne sais pas comment commencer. Alors je continue de développer ce nouveau personnage d’une Heidi ado, d’abord avec de petites illustrations :

Tout en dessinant, je commence à imaginer des caractères, des enjeux, des histoires. Alors, assez vite, j’en fais des planches.

1

note_3.jpg

 

Je les poste, et comme à l’époque, on laissait encore des commentaires sur les blogs, j’ai plein de retours positifs et je continue à fond les ballons. J’essaie de dessiner une page par jour.

cabochonJ’encrais encore beaucoup à la main, et sans jamais m’attarder sur le crayonné. Le tout est un peu bancal, alors je fais beaucoup de coquetteries de mise en page pour cacher ça. Je n’avais également aucun problème moral avec l’utilisation de vieilles textures…
Malgré tout, c’est assez rigolo de voir que l’essence d’Heidi est déjà dans ces premières pages. L’histoire a beaucoup bougé, et pourtant, ces scènes se retrouvent presque telles quelles dans mon livre.
En une grosse semaine, j’avais déjà fixé les grands enjeux de Heidi au printemps.

note_4.jpgcollection.gifJe lis les livres de Johanna Spyri, je commence une collection des différentes éditions, pour bien appréhender l’univers originel, et l’imaginaire associé aujourd’hui.

Je jette également un œil aux différentes adaptations, des plus fidèles (celle de Takahata et Myazaki, par exemple) aux plus audacieuses.

Résultat de recherche d'images pour "heidi GIF" Heidi étant une figure vraiment très populaire, elle a déjà été énormément reprise. À vrai dire, dès la première publication en France, le traducteur s’était permis d’écrire sa propre suite, que l’on prend souvent pour le texte original. Heidi ado a cependant été assez peu imaginée, exception faite de Heidi 15 ans, une série live suisse qui se déroule dans les 2000’s.

 

note_5

 

Je continue à dessiner Heidi dans mes carnets, mais les mois qui suivent sont très chargés, j’emménage en Belgique et je commence à travailler pour de vrai comme illustratrice.

note_6

Le Dossier

reprise3.jpg

 

Je redessine mes planches, même si les contours de l’histoire sont encore flous. Il s’agit surtout de montrer une ambiance, l’idée générale du projet.

Pour les plus curieux, voici le dossier que j’ai pris avec moi à Angoulême : Heidi2015  (Il n’y a pas vraiment de spoilers,  mais je déconseille plutôt de le lire avant de lire ma BD)

note_7.jpg

note_8.jpgnote_9.jpg

(Dans mon carnet de bord de de l’époque 🙂

 

Le scénario

En rentrant, plus de blague, je reçois rapidement un contrat et je me mets au travail. J’achète un nouveau carnet, et cette fois ci, je le remplis de textesMVI_3795

L’écriture du scénario et le découpage ont été des étapes très douloureuses, j’y ai passé un temps fou. Scénariser une centaine de pages pour la première fois, c’était titanesque. Et beaucoup de choses ont bougé, j’ai essayé des nouvelles pistes, parfois très différentes, et j’en ai abandonné beaucoup. note_10.jpg

Et puis, a un moment, j’ai eu un espèce de déclic, et j’ai su comment je voulais que mon histoire finisse. Mais même à partir de là, il faut organiser et réorganiser les étapes du récit, pour que le rythme fonctionne, qu’on aie envie de lire la suite, que la progression soit naturelle. J’ai continué à retoucher mon découpage jusqu’à la fin, quitte à refaire des pages entières.

note_11.jpgMVI_3817b.gif
Après, je me repenche sur l’aspect graphique.

Je collecte plein d’images, d’inspirations visuelles…

 

Je voulais un trait très simple, très ligne claire. Faire du Tintin. Pour la couleur, par contre, j’ai plus cherché. Pendant quelques temps, même si il n’y avait plus de textures, j’utilisais encore des dégradés.

Et puis, j’ai pris confiance en moi, et j’ai enlevé cette dernière béquille. J’ai décidé de n’utiliser que des aplats, sur un seul calque. Pas de mode produit, je choisi moi-même la couleur de mes ombres, ce qui me permet bien plus de finesse dans mes ambiances.
La mise en couleur a été mon étape préférée, je pense mes images en couleur dès le crayonné, et je suis frustrée jusqu’au moment où je colorise. Dans Heidi, les couleurs ont beaucoup d’importance, pour accentuer cette idée de temps qui passe, mais aussi pour rythmer le livre.

Concrètement, les étapes d’une planche :

1 : ça, c’est le découpage. Des patates qui parlent.
2 : Le crayonné, je construit mes personnages, mes décors
3 : J’encre. Là, Vincent avait du me faire remarquer que mes personnages étaient à l’envers par rapport au sens de lecture.
4 : Je pose des aplats..
5 : Que je retouche en ajoutant des ombres ! Et voilà !

Quelques step by step épileptiques :

La couverture

Il faut aussi réfléchir à la couverture, bien sûr !  C’est mon premier livre, personne ne connait mon travail, alors je ne dois surtout pas me rater ! Je dois faire quelque chose de qualitatif, qu’on ait envie de posséder. Je sais dès le départ qu’il y aura du doré, et un petit air vintage. Reste plus qu’à trouver l’idée !

couverture.gifFinalement, avec Yannick, on se met d’accord pour une version avec juste des mains sur un fond fleuri. C’était un peu risqué, de ne pas avoir de figure humaine, mais on prend le pari de se dire que ça sera quand même assez intriguant pour que les gens ouvrent mon livre… Pour contrebalancer, je décide d’écrire un résumé pour la quatrième de couv, et d’y faire figurer mes protagonistes.

Dernier contretemps, le titre original, Heidi Grandit, ne convient plus, pour cause de droits (en gros). On cherche, on cherche, et on finit par se mettre d’accord sur Heidi au printemps.

 

 

note_12.jpg

floutitre

feuilletage1feuilletage2

note_13

Heidi au printemps est disponible partout partout, même si c’est toujours mieux en librairie ! Il coûte quelque chose comme 18€, mais il fera vraiment très joli sur votre étagère ! (Mais bon, je ne vous en voudrais pas si vous le lisez juste en douce à la fnac).

Heidi au Printemps

Aujourd’hui sort ma toute première vraie bande dessinée, elle s’appelle Heidi au Printemps, elle est éditée par Yannick Lejeune, chez Delcourt !

2

Le temps innocent des balades bucoliques dans les Alpes est bien fini. Heidi est désormais une jeune femme avide de découvertes. De son corps, pour commencer, mais pourquoi pas aussi de celui de Peter, le joli chevrier d’à côté. Entre des batifolages maladroits et un grand père un peu envahissant, entre les envies et les angoisses, se dessine finalement la vraie question : comment grandit-on, au juste ?

Ça parle de tous mes sujets de prédilection, d’adolescence, de sexualité, de bébés chèvres et d’émancipation ! Le gros sticker « public averti »peut faire un peu peur, mais il n’y a vraiment pas de quoi s’affoler, promis ! (Et il s’enlève, si visuellement ça vous dérange)

Vous pouvez l’acheter dans toutes les librairies qui ont un tant soit peu de goût, ou leur commander. Il est également dans les magasins type FNAC et même commandable sur le world wide web. Wow !

N’hésitez surtout pas à me laisser un petit mot si vous l’avez lu, et encore mieux, à en parler autour de vous (enfin, sauf si vous avez détesté, hein, là, gardez ça pour vous)

ouverture-herbe

Je me repose un peu, et je reviens très vite pour vous parler de l’élaboration de ce projet !